Page d'accueil
   
Les castors 2004

 

au jardin des plantes

Un Bestiaire au Jardin des Plantes

L'exposition présentée au Jardin des Plantes nous fait partager la passion qu'entretient Alain Thomas avec le monde animal. Alain Thomas nous propose 17 portraits d'animaux différents qui nous conduisent vers l'univers des ours polaires, des macaques du Japon, du tigre du Bengale, de la perruche de Papouasie et des koalas… pour ne citer que quelques spécimens d'une faune familière mais aussi parfois énigmatique ou inconnue.

Macaques du japon 1997

 

"Mon intérêt pour les animaux remonte à l'enfance. Quand j'étais adolescent, j'avais recueilli une pie tombée du nid qui est restée à mes côtés quelques années avant de s'envoler. Depuis, j'intègre systématiquement une pie dans mes tableaux, sauf dans les scènes d'Amérique du Sud". Il est fréquent aussi qu'un scarabée et un lézard vert se cachent dans les peintures d'Alain Thomas excepté dans les scènes hivernales "parce qu'ils hibernent".

En 1987, Alain Thomas constitue près de son atelier un parc animalier aux allures d'arche de Noé où cohabitent en liberté des espèces du monde entier : lièvres de Patagonie, cochons du Vietnam, émeus, daims, kangourous, ibis royaux du Nil, grues couronnées, paons… "J"ai réalisé mon rêve d'enfant : avoir une vieille maison entourée d'animaux. J'aime leur contact et m'en occupe quotidiennement. Je prends beaucoup de plaisir à les observer." C'est à partir de cette date qu'Alain Thomas décide de rendre hommage aux animaux en les représentant dans ses peintures sous la forme de portraits.

Jungle 1988

Pour Alain Thomas "le monde animal et la nature offrent un espace de beauté et de poésie tout à fait propice à la création. J'aime aborder ce thème sans schéma directeur précis, préférant m'en remettre à l'humeur du jour. Chaque tableau est en quelque sorte un coup de cœur. Il ne tient qu'à l'artiste d'en restituer la charge émotionnelle". L'univers animalier et la flore des œuvres d'Alain Thomas traduisent bien l'immensité et la fragilité de la nature.

L'approche artistique d'Alain Thomas reste fidèle à la réalité tout en introduisant quelques touches d'une fantaisie qui lui est personnelle. "J'aime offrir le spectacle d'une nature paradisiaque. Un tableau doit rester une fenêtre ouverte sur le rêve". Si la vision d'Alain Thomas nous offre le spectacle du paradis perdu ou celui du jardin d'Eden, il est aussi vrai que chacun de ses tableaux fait état d'une réelle connaissance de la vie animale. "Je connais bien les animaux pour les avoir observés et étudiés depuis des années. Je visionne de nombreux reportages, j'arrête l'image pour analyser et reconstituer l'environnement et j'observe les animaux dans les parcs. Il me serait impossible de les dessiner et peindre dans leur milieu naturel où leur apparition est fugace. Pour les espèces rares, j'ai recours à des documents anciens, à des photographies ou à la vidéo. J'effectue autant de recherches sur le biotope que sur l'animal lui-même. Par définition, la forêt indienne n'est pas la forêt africaine et chaque composante, comme la végétation par exemple, est différente. Je dois en tenir compte. Je travaille aussi en collaboration avec le Muséum national d'histoire naturelle et j'entretiens tout un réseau d'amitiés avec des spécialistes de la faune sauvage" explique Alain Thomas.